Vous êtes ici

Le portrait du mois d'Avril

Mercredi 28 avril 2021

Portrait de Christian FROMONT, membre de l’association des "Croqueurs de pommes de la plaine champenoise".

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je suis Christian Fromont et je suis originaire de la Meuse. J’ai grandi dans un milieu agricole puis j’ai eu une vie active, bien remplie, dans la téléphonie mobile. J’ai commencé ma carrière à Paris, puis à Châlons-en-Champagne, pour m’y installer définitivement. J’étais technicien, chez « France télécom » (qui est devenue « Orange »), j’ai connu l’évolution incroyable de la téléphonie, je me rappelle encore du poste téléphonique mural noir à magnéto, de l’arrivée d’internet et des premiers smartphones !


Depuis mon départ à la retraite en 2002, la révolution c’est dans mon potager et mes vergers qu’elle s’opère ! J’y consacre une grande partie de mon temps libre et je suis un membre très actif de l’association des croqueurs de pommes de la Plaine champenoise depuis 2013.


Parlez-nous un peu de votre parcours et de cette association !
J’ai grandi dans une ferme et l’amour de la terre est une histoire de famille ! Naturellement, je me suis intéressé à la taille des arbres fruitiers. J’ai commencé par cultiver et entretenir mon propre verger avec l’aide de mon frère aîné, un croqueur émérite de l’Aube depuis plus de 20 ans ! Ensemble, nous formons une belle équipe!  A l’époque, je taillais et mon frère réalisait les greffes .C’est ainsi que nous nous organisions! Puis, il m’a enseigné la greffe, j’ai essayé… et j’ai adoré! Je greffe pour moi avec plaisir, c'est toujours merveilleux de voir ce petit greffon prendre vie pour devenir un futur pommier !


Quand j’ai appris en 2013 que la Communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne avait  le projet d’implanter un verger dans le Domaine de Coolus pour la sauvegarde du patrimoine, je me suis empressé de rejoindre cette nouvelle association locale.


L’association des Croqueurs de la Plaine champenoise – qui appartient à un réseau national – fait de la préservation des variétés de pommes anciennes son cheval de bataille. Ainsi, l’association travaille sur la pédagogie, la sensibilisation au grand public, l’enseignement des méthodes de greffes et de tailles. Chaque année, nous communiquons à nos adhérents et à la presse locale notre calendrier des séances de taille ou de greffe, ouvertes à tous !


Quels sont vos liens avec le Parc ?
En 2014, j’ai eu l’occasion de découvrir la Maison du Parc à Pourcy et son verger conservatoire de plus de 50 arbres fruitiers. Je fus enchanté par cet endroit !
L’association avait été sollicitée pour entretenir le verger et organiser deux événements à la Maison du Parc : la Fête de la pomme, en octobre et l’initiation à la taille et à la greffe d’arbres fruitiers, courant mars. Ces manifestations sont très appréciées et attirent chaque année beaucoup de personnes.


Un verger de 50 arbres représente beaucoup de travail, ne serait-ce qu’au niveau de la taille. Lorsque les croqueurs de pommes ont accepté de venir s’occuper du verger, les arbres n’étaient plus taillés depuis 4 ans.  
Au fil des années, il s’est construit une belle amitié avec le personnel du Parc. C’est toujours un plaisir pour nous de collaborer avec l’équipe. Malheureusement, la distance de 50 km avec Châlons-en-Champagne fait que nous n’y venons pas aussi souvent que nous le désirons.


Quel est votre endroit préféré en Montagne de Reims ?
Diplômé d’un Brevet de pilote planeur en 1985, j’ai le privilège de connaitre la Montagne de Reims vue du ciel. D’ailleurs, de là-haut, la Maison du Parc est magnifique !
Mais une fois les pieds sur terre, j’aime aussi bien admirer le paysage sur les nombreux points qu’offre la Montagne de Reims, comme le spectaculaire point de Belle vue – au-dessus de Mutigny – et flâner dans la réserve de Faux de Verzy.