You are here

Le portrait du mois d'avril

Wednesday 20 April 2022

Rencontre avec Cédric Degliame, conducteur de la Ligne des Bulles ( ligne Reims-Epernay)

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Cédric Degliame, j’ai 43 ans et suis originaire des Ardennes. Attaché à mes racines, je n’ai jamais quitté ma région natale. Je vis à Villers-sur-Meuse, avec ma compagne et mes 3 enfants et je suis cheminot depuis 14 ans !
Après l’obtention de mon BTS électronique, j’ai expérimenté sur une très courte période le secteur du privé, puis intégré l’armée de terre, en débutant une école de sous-officiers. Mais déjà à cette époque, j’aspirais à tout autre chose. J’étais animé par cette envie folle d’accomplir un rêve d’enfant… conduire des trains !
C’est alors que j’ai intégré la SNCF en janvier 2008, pour un poste de contrôleur, dans l’espoir de devenir un jour conducteur.

 

Parlez-nous un peu de votre parcours et de la Ligne des Bulles !

Dix ans après mes débuts à la SNCF, une opportunité s’est offerte à moi pour intégrer une école de formation ; 14 mois plus tard, je devenais conducteur de train. Depuis, je m’épanouis pleinement dans mon métier ! J’assure avec beaucoup de fierté toutes les liaisons du quart nord-est de la France (Epernay, Châlons-en-Champagne, Charleville-Mézières, Givet, Nancy).

Je connais très bien la ligne Reims-Epernay, qu’on appelle plus communément « la Ligne des Bulles ». Elle a été mise en service en 1854.  
D’ailleurs, elle fera l’objet d’une grande manifestation organisée par le Parc de la Montagne de Reims, le Dimanche 22 mai prochain !

Cette ligne me touche par son authenticité. Implantée dans un écrin de verdure incomparable à d’autres, je sillonne et redécouvre, à chaque instant et avec beaucoup de plaisir, ces paysages si particuliers de la Montagne de Reims. Je traverse ces villages viticoles, ces forêts, je rencontre régulièrement la faune sauvage et me plonge dans l’intimité de cette nature généreuse.

Je suis, aussi, très attaché aux voyageurs que je côtoie au quotidien. Nous avons d’un côté « les habitués » : les résidents de Montagne de Reims, qui utilisent le train comme moyen de transport ; puis de l’autre côté, « les touristes » toujours plus nombreux, et de nationalités toujours plus lointaines (Chinoise, Américaine, Japonaise, Australienne, …). Je remarque, depuis peu, un engouement très fort des usagers pour la randonnée pédestre et le VTT.

La Ligne des bulles est un vrai atout touristique pour le territoire !

 

Quels sont vos liens avec le Parc ?

Le Parc naturel régional de la Montagne de Reims a toujours été un partenaire présent à nos côtés. Je pense notamment aux valeurs que nous partageons comme l’écologie.
Nous avons mené ensemble de nombreuses actions, comme le développement de la mobilité douce sur le territoire, des actions événementielles pour promouvoir l’attractivité du territoire. Nous avons aussi participé à la réalisation d’une brochure touristique autour de « La ligne des Bulles » (téléchargeable en cliquant ici). Et je me souviens encore de cette belle fête organisée à Germaine, à l’occasion des 40 ans du Parc, c’était vraiment super !

A présent, il me tarde d’accompagner l’équipe du Parc dans l’organisation de leur événement de la Grande traversée, le dimanche 22 mai.

Pour cette occasion, TER FLUO Grand Est a répondu présent en adaptant ses horaires pour être prêt au départ de la Grande Traversée !

 

Quel est votre endroit préféré en Montagne de Reims ?

Le point de vue du conducteur de train est unique. J’ai cette chance de pouvoir admirer en toute tranquillité ce panorama si exceptionnel de la Montagne de Reims. Nous passons de la ville à la campagne, en quelques minutes, de la vigne à la forêt en quelques secondes !

L’endroit que j’affectionne particulièrement, c’est la traversée du tunnel de Rilly-la-Montagne. Imaginez-vous quitter ce village viticole pour entrer, à flanc de coteau, dans l’unique tunnel de la Montagne de Reims. C’est un moment magique, qui nous conduit dans ce tunnel de 4 kilomètres de long, dans lequel nous sommes happés par ce point lumineux au bout du tunnel. Puis, nous arrivons en gare de Germaine, un petit village bucolique, entouré de forêts !