Vous êtes ici

Le portrait du mois de Novembre

Jeudi 19 novembre 2020

Portrait de Julien DREGE – Directeur de la MJCI (Maison des Jeunes et de la Culture Intercommunale) à Aÿ, salle Sabine Sani.


 Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Julien DREGE, j’ai 46 ans, je suis Directeur de la MJC Intercommunale Salle Sabine Sani depuis 3 ans et demi. Je suis né dans le Vaucluse à Apt, j’ai suivi mes parents en itinérance, pour finalement m’installer il y a 26 ans à Reims et suivre mes études universitaires en géographie ! Une fois diplômé, j’ai commencé à me former dans l’animation professionnelle, pour ensuite travailler principalement dans les MJC. Mon goût pour l’animation, le lien social et ma sensibilité aux arts du spectacle m’ont ouvert les portes des métiers de la culture!


Parlez-nous un peu de votre parcours et de vos missions au sein de la MJC!
La MJC intercommunale d’Ay existe depuis 50 ans.

Conformément au label MJC, notre vocation est d’être une association d’éducation populaire qui utilise la culture, le sport, le social pour faire de l’animation territoriale.A ce jour nous comptons 1000 adhérents et 12 salariés permanents. Nous offrons toute l’année une programmation de spectacles de qualité, de festivals comme « Musique en Champagne » pour le plus connu d’entre eux. Nous avons aussi à Aÿ une salle de spectacle dans laquelle nous organisons « le festival du court-métrage » et plus de 53 représentations par an!

Pour le jeune public, nous proposons 7 à 8 spectacles, tous niveaux scolaires confondus, par saison. Par exemple, dans le cadre du festival du Courts en Champagne, nous faisons intervenir des réalisateurs dans les collèges et les lycées; les enfants sont invités à des séances de visionnage, et créent eux-mêmes leur sélection de courts métrages.

Ce que j’aime dans mon métier c’est fédérer : réunir les habitants, les artistes, les professionnels du spectacle, les élus autour d’actions culturelles. Je vois en la culture un outil de facilitateur de lien social ! Mon travail à la MJC est de créer cette synergie entre ces différentes entités, de soutenir la création et l’offre artistique sur le territoire, rendre accessible à tous niveaux l’action culturelle et répondre à certains enjeux territoriaux, comme l’œnotourisme.


Quels sont vos liens avec le Parc ?
Pour ma part, nous avons collaboré une première fois en 2019 avec le Parc de la Montagne de Reims, avec l’appui du centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne, pour accueillir le spectacle « Seitouchi » de l’école de cirque de Sapporo au Japon et assurer la représentation sur deux communes du Parc (Verzy et Châtillon-sur-Marne). C’était un événement important car nous avons rarement l’occasion de croiser le chemin d’artistes venant d’horizons si différents, et nous y sommes très attachés à la MJCI !

Plus récemment, j’ai été sollicité par la Parc de la Montagne de Reims pour travailler, aussi en lien avec les autres Parcs de la région Grand est, sur la réalisation et la diffusion d’un spectacle sur le thème de l’arbre et la forêt. Dans le cadre de ce partenariat, le Parc se chargera de la mise en réseau des différents partenaires et de la diffusion. Quant à la MJC intercommunale d’Aÿ, elle sera en charge de la création artistique et assurera les besoins techniques.

Quel est votre endroit préféré en Montagne de Reims ?
De manière générale, j’ai un faible pour les points de vue, et la Montagne de Reims offre de très jolis points de vue sur la Vallée de la Marne, d’Hautvillers notamment ! Quand vous allez du côté de Mutigny c’est un impressionnant champ de vision qui s’offre à nous, avec ce contraste géomorphologique des plaines champenoises et de ces côteaux abrupts de la Montagne de Reims. Mais celui que je préfère reste le point de vue de Champillon !

Ce que je conseille, si vous venez en provenance de Reims, c’est de sortir de la D951 et de suivre la D251 jusqu’à Dizy et profiter à tous points de vue de ce splendide paysage !